Biobest : Les clients sont prêts à se déplacer plus loin pour acheter des plantes présentant cette distinction supplémentaire

willow_greenhouses2.jpg

Nick Zimmer est le propriétaire de Willow Greenhouse, une serre de plantes ornementales à Northville, dans le Michigan. Il cultive une large gamme de plantes annuelles et vivaces dans une serre d’environ 1.000 m2 et vend directement à la clientèle.

“Les clients parcourent 50 kilomètres et plus pour acheter les plantes produites dans mes installations” dit Nick. “Bien sûr, ils savent qu’ils achètent d’excellentes qualité et valeur, mais ce qui attire beaucoup de nos clients de si loin est la connaissance que nous utilisons systématiquement la lutte biologique dans notre production. Les clients apprécient le fait qu’ils peuvent emporter une plante et sont assurés qu’elle ne contient pas de résidus chimiques. Un sachet de libération d’acarien prédateur sur la plante, la lutte biologique en action, fait partie de cette touche extra lorsque vous achetez des plantes ornementales chez Willow Greenhouse.”

Avant de commencer sa propre serre il y a deux ans, Nick était un chef producteur dans une autre installation au New Jersey. C’est là qu’il a fait connaissance avec la lutte biologique par le biais de son représentant de Biobest. Après avoir déménagé au Michigan, il a commencé à travailler avec Veronica Cervantes, la conseillère de Biobest pour le Midwest.

“J’ai été impressionné dès le départ par le niveau supérieur de lutte antiparasitaire que je pouvais atteindre avec des agents biologiques, comparés à des pulvérisations chimiques,” dit Nick. “Je savais aussi qu’il était important de ne pas lésiner: la lutte biologique fonctionne mieux lorsque l’on va bio à fonds. Pour moi, cela signifie littéralement zéro pulvérisation.

Comment en suis-je arrivé-là? J’ai mis tout mon plan de production à la disposition de Veronica. Elle m’a aidé à développer une stratégie solide utilisant la gamme étendue des solutions de lutte biologique de Biobest, qui comprend l’utilisation de plantes banques de pucerons, des mini sachets et compléments alimentaires Nutrimite™ et Nutrimac™ pour établir et maintenir les auxiliaires, même en l’absence de proie. Mais surtout, elle était là quand j’avais besoin d’aide au niveau de la surveillance et de la mise en place. Les stratégies de lutte biologique qu’elle a recommandé ont été solides et ont bien fonctionné dans les différentes cultures.”

“Mes clients sont toujours curieux des mini sachets dans leurs paniers suspendus. Ils pensent souvent qu’il s’agit d’une sorte d’engrais. C’est un excellent point de départ pour engager la conversation et leur parler de notre utilisation de la lutte biologique. Cela fait vraiment partie de ce qui fait que ce que nous offrons est différent que d’acheter des plantes dans le centre de jardinage d’une grande chaîne. Cette année, j’ai mis en place des stations de plantes banques avec des signes et des grosses loupes pour qu’ils voient les bios en action. Je voudrais avoir encore plus de matériel éducationnel disponible. J’essaie même de convaincre Biobest de faire des paquets spéciaux disponibles avec les produits de lutte biologique pour vendre à mes clients. Je suis sûr qu’ils aimeraient voir les bons insectes continuer leur travail dans leurs maisons et leurs jardins. J’aime partager notre connaissance des auxiliaires avec les clients, mais ce sera aussi un plaisir de partager mon succès avec d’autres producteurs et de les encourager à essayer le bio. Cela a été une expérience très positive pour nous.”

Nick continue: ”La vente directe aux clients et l’utilisation constante de la lutte biologique ont bien marché pour moi. J’ai l’esprit tranquille de savoir qu’en utilisant des ennemis naturels, notre personnel et nos clients bénéficient d’un environnement sans pesticides, ils peuvent se promener et ramasser les plantes sans danger et je ne dois pas me tracasser avec des délais de sécurité après traitements, ce qui est une valeur ajoutée pour une opération de vente au détail. Mon entreprise se porte bien et je prévois de m’agrandir. Je commence à cultiver plus de plantules de légumes, par exemple.”

Interrogé sur le matériel de propagation avec lequel il commence, il mentionne qu’il cherche toujours à obtenir des informations sur les traitements appliqués par les propagateurs. C’est souvent difficile. ”Je voudrais bien être sûr d’obtenir du matériel de départ qui n’a pas été pulvérisé chimiquement ou qui est exempt de résidus chimiques agressifs pour mes bios. C’est certainement une aire avec un bon potentiel pour l’avenir. Cependant, en attendant, je commence à tremper les boutures, dès leur arrivée, dans un mélange de nématodes bénéfiques et de biopesticides. Par la suite, j’ai un bon début de cycle de croissance, une stratégie complète de lutte biologique et une saison de vente pleine de succès.” Pour plus d’informations, veuillez contacter Lise Verachtert (lise.verachtert@biobest.be).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *